Informations réglementaires MW Gestion 7 rue Royale 75008 Paris

Synthèse du 1er trimestre 2019

Incertitudes monétaires, tensions politiques et craintes d’un fort ralentissement de l’économie mondiale ont généré inquiétudes et volatilité sur les marchés en 2018 et tout particulièrement en fin d’année. Début 2019, dans notre document « Synthèse 2018 et perspectives 2019 », nous avions délivré un message plutôt optimiste pour 2019. Nous jugions en effet comme excessif le pessimisme des investisseurs. Au cours du premier trimestre, l’aversion au risque a nettement décru. L’indice de « la peur », le Vix (volatilité implicite du S&P) a ainsi fortement baissé, passant de 25 à 13 ; 20 étant sa moyenne de long terme. De même, les principaux indices actions affichent des progressions à deux chiffres sur la période (hausse entre 10% et 15%), permettant « d’effacer » les baisses du dernier trimestre 2018. Ce revirement s’explique par trois facteurs ; Les mêmes qui ont largement influencé les marchés en 2018.

Tout d’abord, l’économie. Les statistiques du premier trimestre ont validé un rythme d’activité nettement ralenti. Mais premièrement cela est resté concentré sur les activités cycliques et notamment sur les secteurs industriels et ne concerne pas les activités de services dont la dynamique est restée ferme. Enfin, les dernières données font état d’une inflexion positive dans les secteurs manufacturiers. Au final, comme nous le pensions, les craintes d’une récession imminente qui ont affolé les marchés en fin d’année, semblent aujourd’hui assez exagérées.

Le deuxième élément de soutien pour les marchés financiers est venu des principales banques centrales et notamment la BCE et la FED, qui ont délivré depuis janvier des messages très accommodants. La hausse des taux directeurs de la BCE n’est plus d’actualité et l’institution se dit prête à de nouvelles injections de liquidités. De son côté, la Fed a montré sa volonté de faire une pause dans son cycle de remontée des taux et a décidé un ralentissement du rythme de réduction de son bilan.

Enfin, au chapitre « risques politiques », des motifs d’optimisme sont apparus. Un épais brouillard entoure toujours l’issue du rocambolesque divorce entre l’Europe et le Royaume-Uni mais il y a clairement une volonté partagée d’éviter le scénario du pire : une sortie sans accord. De même, des signes d’apaisement et une esquisse d’accord ont émergé lors des récentes discussions commerciales sino-américaines.

Si les aléas géopolitiques sont par nature difficiles à appréhender et sources de volatilité, nous pensons néanmoins que les marchés financiers pourront dans les prochains mois s’appuyer sur un cadre macroéconomique relativement porteur et sur des conditions financières favorables.

Nos quatre fonds rebondissent fortement au premier trimestre avec + 19,8% sur Actions Europe, +11,2% sur Multi-Caps, +8,6% sur Rendement et +1,2% sur Obligations Internationales.

Cyril Deblaye / Christophe Peyraud

Rédigé le 23 avril 2019