Informations réglementaires MW Gestion 7 rue Royale 75008 Paris

Synthèse du 2ème trimestre 2019

En début d’année, comme écrit dans notre précédent document « Synthèse 2018 et perspectives 2019 », nous ne partagions pas la vision très pessimiste des marchés. Les primes de risque (actions et spread de crédit notamment) nous apparaissaient alors attractives. Nos portefeuilles ont été positionnés en conséquence et ont profité du fort rebond des marchés au cours du premier trimestre. Ce sursaut, qui s’est notamment exprimé par des hausses de 10 à 15% pour les principaux indices actions, s’explique par une résilience du rythme économique mondiale, par des espoirs de résolution des différents conflits politique et surtout par la bienveillance retrouvée des banques centrales.

Au cours du 2ème trimestre, si la tendance est restée globalement bien orientée sur les marchés financiers, les hausses sont plus modestes. Les principaux indices actions progressent d’environ 4% sur le trimestre. L’environnement a été plus heurté et la volatilité plus élevée qu’au premier trimestre, notamment en mai. C’est encore une fois, la résurgence des risques politiques qui a sorti les marchés financiers de leur euphorie « monétaire ». Les relations entre la Chine et les Etats-Unis qui semblaient s’être apaisées, se sont en effet brutalement crispées début mai et aux tensions commerciales s’ajoute désormais une guerre « technologique » après la décision de l’administration américaine de fermer l’accès aux produits et brevets américains à l’équipementier télécom chinois Huawei. A cela s’ajoute un flou absolu concernant le Brexit et une montée des tensions géopolitiques dans le Golfe Persique.

Ce contexte pèse aujourd’hui très clairement sur le moral et les perspectives des entreprises, comme en témoigne la baisse marquée des derniers indicateurs de confiance. Ces tensions et le conflit « commercial » entre les deux principales économies mondiales s’il devait perdurer, aurait inévitablement des conséquences économiques très négatives. Ces inquiétudes ont été, en fin de trimestre, très largement relayées et partagées par les Banques Centrales, BCE et Fed notamment. Ces dernières se disent désormais prêtes à assouplir leur politique financière, marquant un virage à 180° par rapport à l’automne dernier. En conséquence, les taux d’intérêt des dettes souveraines de référence ont poursuivi leur baisse. Le 10 ans américain passe sous les 2% pour la première fois depuis la fin 2016. Le 10 ans allemand clôture le semestre à – 0.30%, enfonçant l’ancien point bas historique de juin 2016 (-0.20%). Cet environnement de taux bas continue d’alimenter la demande pour des actifs plus rémunérateurs (dette privée, actions…).

Les primes de risque qui intègrent aujourd’hui des assouplissements monétaires très significatifs, nous semblent nettement moins attractives qu’en début d’année. Nul doute que dans les prochains mois, les incertitudes politiques et macroéconomiques vont continuer d’alimenter la nervosité des investisseurs et des entreprises malgré la bienveillance des banquiers centraux.

Nous restons confiants sur les actions et saisirons des opportunités sur des titres qui connaissent ponctuellement des faiblesses ou des rendements intéressants.

Cyril Deblaye

Rédigé le 31 juillet 2019